Chassez le naturel, il revient au galop !

Le MNLA était informé des implications directes de plusieurs acteurs étrangers et nationaux aux côtés des terroristes dans l’attaque de Gao, véritable tentative de le décapiter.

Aujourd’hui, c’est le Premier Ministre malien, en personne, qui vient d’en donner les preuves le 28 juillet 2012 sur les antennes de la télévision nationale.

En somme, le Gouvernement malien, aujourd’hui, comme hier sous Amadou Toumani Touré (A.T.T.), continue de pactiser avec le Diable et Satan, perpétuant une dangereuse politique pour la Sous - Région et le Monde.

Lire la suite...

COMMUNIQUÉ DE PRESSE n°23 du 25 juillet 2012

Rencontre du MNLA à Ouagadougou

 

Des membres du CTEA (organe exécutif du MNLA), des représentants des cellules extérieures du MNLA, des cadres et des représentants de la société civile de l'Azawad se sont réunis à Ouagadougou du 23 au 25 juillet 2012. L'objectif de cette rencontre est de faire l'évaluation de la situation actuelle politique et sécuritaire de l'Azawad et de prendre des dispositions urgentes pour l'atteinte des objectifs du MNLA.

Lire la suite...

Manipulation, quant tu nous tiens

Quand est-ce que le Gouvernement du Mali pourrait remiser définitivement les vieilles et  oh! combien  anachroniques habitudes  de manipulation  de l’opinion publique ? Celles-là   mêmes  qui ont réussi  inlassablement à présenter le Mali au monde entier, comme modèle de  démocratie en Afrique, exécrable mensonge, qui a fait dire à un Premier Ministre  Français  abusé, en visite au Mali, devant l’Assemblée Nationale : « tout ce que je peux vous  dire, c’est que votre  Président  est un démocrate ». Une insulte pour les Maliens.

La réalité dépasse  la  fiction !

Aujourd‘hui tout le monde sait à  quoi s’en tenir  à  propos de la démocratie  malienne .

C’est ainsi que toute une kyrielle de partis, d’associations… sont présentés à la presse pour exprimer des  pseudos  revendications et donner le  change à l’opinion publique.

Il en est de même de la presse, dont les organes ne peuvent nullement éditer un quelconque article, sans autorisation préalable de Koulouba .

C’est dans ce registre qu’il faut inscrire ces soi-disant ressortissants du Nord, des Arabes, faute de ceux du sud, de l’Est, de l’ouest, du centre, des Dogons, des Bambaras, et j’en passe, tous abonnés aux grandes manœuvres des détournements des deniers publics, inconditionnels des prédateurs qui ont gouverné le Mali depuis 20 ans.

Les pseudos représentants des Arabes (Carama) l’ont appris à leurs dépens, il y a quelques jours, à Nebkate  Lahwache, où les populations les ont ouvertement lynchés .

D’ailleurs pour bien comprendre l’étendue de la  supercherie, il faut constater que tout ce beau monde, prend soin toujours,  de se présenter  en  grand boubou  et turban, la seule  preuve de légitimité  qui leur reste.

La quasi totalité de ces tristes acteurs de basse comédie, sont depuis longtemps domiciliés à Bamako, même  lorsqu’ils ont, par copinage et complaisance, acquis le statut d’élus de l’Azawad.

Voilà pourquoi, nous disons à tous que l’ère des parodies est révolue.

Les nouvelles Autorités du Mali se doivent de tirer les leçons du passé.

Le 20 juillet 2012

Hamma Ag Mahmoud

Membre du Conseil Transitoire de l'Etat de l'Azawad

chargé des affaires étrangères et de coopération internationale

COMMUNIQUÉ N°22 du 15 juillet 2012

Tout d'abord, nous apportons un démenti catégorique aux propos disant que le MNLA renonce à l'indépendance de l'Azawad. C'est une désinformation malveillante qui vise à nous discréditer. Nous n'avons demandé à personne de parler à notre nom ni à Bamako ni ailleurs. Nous poursuivons, contre vents et marées, la révolution pour la liberté, la dignité et la justice du peuple de l'AZAWAD dans toute sa diversité.

Le MNLA salue chaleureusement la décision du Président des USA S.E Barak OBAMA et remercie vivement le geste de solidarité du Gouvernement des Etats Unis d’Amérique en faveur des populations réfugiées de l’AZAWAD.

La philosophie du Mouvement est résolument fondée sur la démocratie, la liberté, la justice et la dignité humaine sur la base d’un système politique séparant nettement l’Etat et la religion que nous considérons comme une affaire privée.

Notre mouvement prenant acte des demandes de la communauté internationale, notamment, du gouvernement américain a décrété dès le 5 avril 2012 une cessation unilatérale des opérations militaires après avoir atteint les limites territoriales de l’AZAWAD. Depuis cette déclaration, les forces armées du MNLA se sont abstenues de toutes actions pouvant accentuer le conflit et on reçu l’ordre formel de se cantonner en dehors des localités libérées afin d’éviter toutes frictions avec les populations.

Dans un souci constant de l’intérêt supérieur des populations, le MNLA a toujours refusé de répondre aux provocations constantes des groupes narco terroristes (Aqmi, Ansar Eddine, MUJAO…) qui ont parasité notre légitime combat avec visiblement une mission commandée de le détourner de son objectif permanent, celui de la conquête de la liberté, de la démocratie, de la justice et de la dignité pour notre Peuple.

La direction politique du MNLA, les forces armées, les organisations de la société civile de l'AZAWAD ont clamé haut et fort la démarcation ferme et totale avec tous les groupes salafistes et narco-terroristes. Les événements survenus à Gao le 27 juin 2012 en sont une dramatique illustration.

Tout au long de l’année 2011, le MNLA n’a cessé de multiplier les offres de dialogue et de négociations en vue d’un règlement pacifique et durable de la question de l’AZAWAD au gouvernement malien qui y a toujours répondu par un silence méprisant et des manœuvres dilatoires. Cette offre qui reste toujours valable, a été réitérée à maintes reprises et nous continuons de la maintenir. Ainsi, le MNLA a régulièrement répondu aux demandes de contacts portant sur le conflit, qu'elles viennent du Mali, de la CEDEAO ou d’autres Etats.

Nous assurons donc la communauté internationale de notre disponibilité à négocier pour le règlement définitif du conflit qui nous oppose au Mali depuis plus de cinquante ans et notre engagement à contribuer, dès que notre légitimité est reconnue, à la lutte contre les narco terroristes qui menacent toute la région saharo-sahélienne. Nous tiendrons compte des préoccupations de la communauté internationale.

Le 15 juillet 2012

Moussa Ag Assarid

Membre du Conseil Transitoire de l'État de l'Azawad (CTEA)

Chargé de l'information et de la communication

Communiqué N°21 du 9 juillet 2012

Le MNLA informe l΄opinion publique internationale, les Nations Unies, l΄Union Européenne, la France, les Etats Unis d΄Amérique, toute la Communauté Internationale, que certains Etats qu’on appelle pays du « champ », continuent de déstabiliser l’Azawad.

A la réunion de la CEDEAO, du 7 juillet 2012 à Ouagadougou, une délégation du MUJAO était invitée, après celle d’Ançar Eddine, qui a séjourné dans la même capitale, au moment où ses forces militaires perpétuaient leurs crimes dans l'Azawad.

Outre la présence d’officiers supérieurs d'un des pays du « champ » dans l’Etat Major allié de l’AQMI, du MUJAO, d’Ançar Eddine, au moment de l’agression du CTEA (MNLA) à GAO les 26 et 27 Juin 2012, nous apprenons qu’une délégation de ces mouvements, séjourne actuellement dans la capitale de ce pays sur invitation de son gouvernement.

Force est de constater que les prises d’otages des responsables de ce pays voisin par les terroristes ne sont plus à l’ordre du jour !

A toutes ces grandes manœuvres des pays du "champ", il faut ajouter que notre voisin multiplie les conciliabules avec les pseudo représentants de la société civile de l’Azawad, minutieusement choisis parmi les complices de Monsieur Amadou Touré, ceux-là mêmes qui ont dilapidé les financements destinés à nos populations.

De quel droit ?

Comme si cela ne suffit pas, nous apprenons que le Représentant du Secrétaire Général des Nations Unies à Dakar, a mis en mission un collaborateur pour peaufiner le plan de la future médiation du même pays voisin dans le conflit entre les autorités maliennes et le MNLA.

La mission a servi tout simplement à préparer les contacts souhaités par notre voisin, à l’exclusion du MNLA.

Il faut rappeler que ce Monsieur à qui l’on doit d’avoir organisé les détournements des milliards affectés au Commissariat au Nord, le sabordage des Accords de 1992 et l’amnistie des criminels de guerre, avec son ami, le chef du Ci-devant Ançar Eddine, est très proche des milices de la drogue et de leur chef le Colonel Ould Meydou, tous deux membres influents du MUJAO.

Faut-il croire que certains pays n’hésitent plus à créer ouvertement le chaos dans l’Azawad.

Reste à savoir à quelles fins ?

 

Fait près de Gao le 9 juillet 2012

Moussa Ag Assarid

Membre du Conseil Transitoire de l'État de l'Azawad (CTEA)

Chargé de l'information et de la communication

MNLA sur Twitter

MNLA sur Facebook