COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L'AZAWAD CMA

COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L'AZAWAD CMA


COMITÉ DIRECTEUR

DÉCLARATION

Le 20 juin 2018 consacre le troisième anniversaire de la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger qui, pour rappel, demeure le seul cadre légal liant le Gouvernement Malien à la CMA et dont la mise en œuvre peine à se préciser malgré toutes les concessions.

La CMA constate avec regret qu’à ce jour, les discussions portent encore sur les préliminaires des actions transitoires dont les calendriers d’exécution ne dépassaient pas les 3 mois qui suivent la signature de l’Accord; notamment les Autorités Intérimaires et les MOC.

Mesuré à l’aune de la paix, de la réconciliation nationale, sa mise en œuvre doit être obligatoirement limitée dans le temps, consignée dans un chronogramme sincère et réaliste pour permettre aux populations qui ont tant souffert de bénéficier de ses dividendes.

Grace aux efforts inlassables de la médiation internationale, à l’implication du Conseil de Sécurité de l’ONU et à la bonne foi maintes fois exprimée par la CMA, des avancées ont pu être enregistrées notamment :
-l’installation partielle des autorités intérimaires au niveau des cinq régions de l’Azawad sans transfert ni de compétences ni de ressources,
-l’installation partielle des bataillons du MOC à Gao, Tombouctou et Kidal.

Suite à la 23ème Session du Comité de Suivi de l’Accord (CSA) tenue du15 au 16 janvier 2018, et à l’adoption d’un chronogramme et d’une feuille de route le 22 mars, est née une nouvelle dynamique suscitant beaucoup d'espoir.

Cette dynamique devrait aboutir à un chronogramme consensuel prévoyant: 
- la création de conditions nécessaires tant sur le plan administratif que sécuritaire pour la tenue d’élections présidentielles dans un premier temps.
- Les reformes institutionnelles prévues par l’Accord au plan politique, Développement, Humanitaire ainsi que de Défense et Sécurité dans un deuxième temps.

A cet effet, certaines actions prioritaires ont été identifiées par les parties notamment :

- La Mise en place des autorités intérimaires/collèges transitoires dans les Cercles des Régions de Tombouctou, Gao, Kidal, Taoudenit et Ménaka ;
- le redéploiement des représentants de l’Etat devant participer à l’organisation des élections ; 
- la définition des modalités pratiques pour la participation des combattants des Mouvements Signataires à la sécurisation des élections ;
- la prise en charge des combattants des Mouvements en attendant l’effectivité de l ‘Armée reconstituée; 
- L’opérationnalisation des autorités intérimaires tant au niveau régional que local avec le transfert des ressources et des compétences nécessaires à leur fonctionnement conformément à leur mandat et à l’esprit de l’Accord en vue de répondre aux attentes des populations;

- L’adoption de la loi créant les circonscriptions territoriales des régions de Ménaka et Taoudéni, ainsi que des cercles d’Achibagho et d’Almoustarat.

Malgré les discussions permanentes entre les Parties, qui n’ont abouti qu’à des déclarations de bonnes intentions et des chronogrammes non réalistes, rien ne présage des avancées attendues.

Pour permettre à la CMA de jouer pleinement le rôle qui lui est dévolu pour la bonne tenue des élections, elle engage le Gouvernement à redoubler d’efforts afin de prendre des mesures urgentes pour la concrétisation des activités prévues avant lesdites élections.

Pour la CMA, les élections présidentielles à venir doivent avoir comme objectifs la consolidation d’une paix définitive en vue de redynamiser les institutions conformément à l’esprit et à la lettre de l’accord.

La CMA lance un appel à la Médiation internationale avec l’Algérie comme Chef de file à jouer pleinement son rôle de garant pour une mise en œuvre intégrale de cet Accord qui est par son essence, le cadre idoine à même de rétablir et pérenniser la concorde nationale.

La CMA saisit cette occasion du 20 juin 2018, journée internationale des réfugiés pour réitérer toute sa solidarité aux Azawadiens réfugiés et déplacés.
Elle renouvelle ses remerciements à l’endroit des pays d’accueil ainsi que les Organisations Humanitaires Internationales et les engage à continuer d’apporter leur assistance à ces populations combien vulnérables.

Kidal, le 20 juin 2018

Le Président de la CMA
Bilal AG ACHERIF

MNLA sur Twitter

MNLA sur Facebook