Tortures et Exécutions sommaires des civils par la milice pro-gouvernementale à Talatayt et Indeliman (Ansongo) et par l’armée malienne à Farach (Goundam)

Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA)

COMMUNIQUE N°25-CMA-7-2015- CMA

La Coordination des Mouvements de l’Azawad porte à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale que depuis l’accord d’Alger 5 sur l’arrangement sécuritaire autour de Menaka, la milice pro-gouvernementale s’adonne à des exécutions sommaires sur les populations civiles pour raison de leurs appartenances ethniques.

Après des tortures et des exécutions sur des civiles dans la localité de Ghazaraghane, c’est au tour de Indeliman et Talatayt que la milice se donne à son activité favorite. Nous rappelons que 13 personnes furent kidnappées dans la zone de Talatayt et exécutées.

Après cet acte, la coalition terroriste s’était dirigée sur le village d’Indeliman au jour du marche du 20 juillet, en procédant à l’arrestation arbitraire des civils. Ainsi les jeunes militants de la CMA se sont vite organiser pour une riposte à cette pratique en tendant une embuscade à la coalition terroriste et affiliés faisant 07 morts et 15 blessés ayant succombés à leurs blessures à l’hôpital de Gao. Nous déplorons  deux (02) morts côté CMA. Au deuxième assaut la coalition milice terroriste  s’empara du village faisant 03 morts dont une femme et 05 miliciens tués.  Depuis la coalition milice terroristes s’est donnée aux pillages et tortures de la population locale, en saccageant les domiciles et les commerces, brulant ce qu’elle n’a pu emporter des biens des autochtones et faisant fuir la population, abandonnant leurs demeures.

A Farach (Goundam), nous déplorons les actes barbares de tortues contres les civils par l’armée Malienne.

Depuis le début du processus de négociations, les violations du cessez le feu par la coalition terroristes des milices et alliés sont flagrantes et récurrentes sans que cela ne soit dénoncé ou suffisamment souligner par la communauté internationale et la Minusma, pourtant, si prompt à faire pression tous azimuts sur la CMA, sachant bien que tous ses mouvements de troupes partent de villes occupées par la MINUSMA.

En lançant ces attaques, et pratiques d’exécutions sommaires, la partie malienne se rend responsable d’une grave violation des accords de cessez-le-feu du 23 mai 2014 signé à Kidal,ainsi que la déclaration de cessation des hostilités du 24 juillet 2014 d’Alger, réaffirmée le 19 février 2015.

Le gouvernement du Mali supportant cette milice et affiliés terroristes, ainsi que la MINUSMA, responsable de faire respecter les clauses des engagements, porteront l’entière responsabilité des conséquences de telles attaques, qui ne feront que conduire à une guerre civile. La CMA ne peut se résoudre à subir indéfiniment les attaques et les agressions dictées par Bamako sans réagir. Cette position n’altère en rien l’attachement de la CMA à la recherche de la paix.

La CMA prend à témoin la Médiation et la communauté internationale, et les appelle instamment à condamner de tels agissements et à prendre leur responsabilité.

                                                                                                                                                                        Kidal, le 25/ 07/ 2015

Pour  la commission Communication de la CMA

Moussa Ag Acharatoumane

MNLA sur Twitter

MNLA sur Facebook