Assassinat barbare par le Mujao/Milices de civil à Ménaka

La Coordination  des  Mouvements de l’AZAWAD (CMA) porte à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale qu’elle déplore et condamne encore une fois de plus le comportement barbare des milices progouvernementales et leurs comparses du Mujao contre les populations civiles.

        En effet le 29 mai 2015 ces milices et leurs complices du Mujao,  paradant à Ménaka  à la faveur de la violation flagrante du cessez-le-feu depuis  le 27 avril 2015,  ont brutalement dépossédé  Monsieur Had Mahammèd Ag Had Tijani  de ses deux  voitures, lui ont sauvagement bandé les yeux  et l’ont violemment frappé.

      Le 1er  juin 2015, ils l’ont cueilli à son domicile de Ménaka pour l’amener à 30 km environ sur l’axe Ménaka – Infoukarétèn .  Et là ces milices progouvernementales et leurs alliés terroristes du MUJAO  l’ont encore violemment frappé  avant de l’abattre froidement  de treize balles.

  En plus de l’assassinat crapuleux d’un paisible être humain, Monsieur  Had Mahammèd Ag Had Tijani  de la Communauté IDAKSAHAK est une haute personnalité de la Région  de Ménaka dont la disparition peut avoir, sur tous les plans, des répercussions négatives sur la stabilité de  toute la zone. Déjà les milices progouvernementales et leurscomparses du MUJAO  préparent pernicieusement le déclenchement d’une guerre civile dans la région de Ménaka.

La CMA condamne avec la dernière rigueur ce sauvage assassinant ainsi que tous ceux qui l’ont précédé de la part de ces milices progouvernementale appuyés par le MUJAO, mouvement terroristes internationalement connu.  La CMA présente ses condoléances les plus attristées à la famille du disparu et à toutes les populations de Ménaka.

    Il est vrai que la stabilité ne fait pas partie des préoccupations des milices progouvernementales et leurs complices     du MUJAO. Il ne leur suffit plus de savourer leurs accointances avec le mouvement terroriste du MUJAO, accointances révélées au grand jour depuis les derniers combats de Ménaka : il leur faut aussi  continuer à assassiner les paisibles paysans éleveurs et cultivateurs.

  Aussi  la Coordination des Mouvements de l’AZAWAD (CMA) interpelle la Communauté Internationale, notamment la Médiation, en vue de prendre  d’urgence toutes les mesures nécessaires à une cessation immédiate de ce comportement barbare des milices qui n’a que trop duré. Ces mesures  doivent être assorties de la traduction en justice des criminels concernés. C’est d’autant plus urgent que l’impunité a déjà causé trop de préjudices aux populations civiles, et que  nous sommes à une phase décisive du processus de restauration de la Paix.

 

Pour la coordination

       Moussa Ag Acharatoumane       

MNLA sur Twitter

MNLA sur Facebook