Coordination des Mouvements de l’Azawad

014

La Coordination des Mouvements de l’Azawad attire la bienveillante attention de la médiation et de la communauté internationale sur les attaques maintes fois répétées des milices progouvernementales contre nos positions: Juillet 2014 à Anéfis, Octobre 2014 à Intililt, à Boulakassi et Tessit, décembre 2014 à Zarho et à Ber pour ne citer que ces cas.

Ces cas incluent des violences sur les populations, des pillages et destructions des biens matériels.

Par respect pour l’accord de cessez- le feu signé le 23 Mai 2014 à Kidal entre le gouvernement malien et la Coordination des Mouvements de l’AZAWAD et par respect pour le processus de négociation en cours, la coordination des mouvements de l’AZAWAD s’est abstenue jusqu’ici de réagir à ces attaques, provocations et intimidations.

La Coordination des Mouvements de l’Azawad dénonce ouvertement la création, la formation, l’équipement et l’utilisation de milices armées par la partie malienne en violation des dispositions l’article 2 de l’accord sur les modalités de mise en œuvre du cessez le feu du 23 mai 2014 et constate ainsi le peu de respect que cette partie manifeste pour ses engagements.

La Coordination des Mouvements de l’AZAWAD a pris soin à chaque cas d’informer les acteurs concernés par la gestion du cessez- le feu. Mais jusqu’ici les mêmes agissements continuent délibérément. C’est même devenu une pratique courante. Nous rappelons à la bienveillante attention de la communauté internationale que c’est le même laxisme qui a engendré les événements des 17 et 21 Mai 2014 à Kidal.

Face aux activités des milices, la Coordination des Mouvements de l’Azawad, préoccupée par les risques imminents de la détérioration de la situation, ne pense plus pouvoir tolérer davantage de tels agissements. Aussi, elle se réserve le droit de riposter à toute attaque contre ses positions et d’assurer la sécurité des populations civiles et de leurs biens.

La coordination informe le gouvernement malien, la médiation et la communauté internationale que toute action menée dans ce sens ne doit aucunement être perçue comme une violation du cessez-le- feu, signé à Kidal le 23 mai 2014, entre la coordination des mouvements de l’Azawad et le gouvernement du Mali.

En fin, la Coordination des Mouvements de l’Azawad constate que le processus de négociations pâtit de l’implication pernicieuse des milices à la solde du gouvernement malien en marge de pourparlers entre les deux parties belligérantes. Elle rappelle que, sous l’égide de la médiation internationale, elle n’admet que l’état malien comme seul interlocuteur.

 

Pour la Coordination
Bilal AG ACHERIF

MNLA sur Twitter

MNLA sur Facebook