COMMUNIQUE N°19/06/2015

La Coordination des Mouvements de l’AZAWAD (C.M.A) porte à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale qu’elle condamne avec la dernière énergie toute forme de violence contre les populations civiles qu’elle soit l’œuvre des forces armées maliennes et de leurs milices ou de bandes criminelles organisées ou non, y compris les violences verbales, les atteintes aux biens matériels et aux libertés fondamentales.

Ces violences apparaissent de plus en plus dans les zones du Faguibine, du Gourma, de Tin-Ahamma, de Djebok, entre autres.

Ce principe sacré rejoint celui non moins sacré du respect dû aux militaires ennemis détenus du fait du conflit.

La CMA lance un appel pressant aux organisations de droits de l’homme ainsi qu’à tous les partenaires de la paix pour la protection globale des populations et de leurs biens, seul gage d’une paix sociale véritable.

Lire la suite...

La CMA lance le SOS sécheresse dans l’Azawad

Depuis 2011 plusieurs organismes humanitaires sous-régionaux et internationaux ont prévenu contre le risque de plus en plus important d’une crise alimentaire sans précédent dans le Sahel.

Cette projection des organismes n’épargne pas l’Azawad qui a déjà connu de pareilles crises en 1973 et 1984. La mauvaise gestion des aides internationales à l’époque par l’Etat malien marque encore les esprits par la fameuse histoire dite des « Villas  de la sécheresse » à Bamako.

La CMA lance un SOS sécheresse à l’intention de tous les organismes humanitaires intervenant dans le domaine de l’alimentaire et de l’élevage, que les populations pastorales de l’Azawad souffrent depuis quelques temps d’une crise cycliques touchant leur survie.

La CMA qui n’a jamais cessé de prouver sa bonne collaboration sécuritaire avec les organisations humanitaires dans l’Azawad, regrette l’inaction de certaines ONG qui donnent impression de conditionner leur mission humanitaire en faveur des populations au seul retour de l’administration malienne dans la région. 

Le besoin particulier d’une aide humanitaire en faveur des populations vivant hors des agglomérations mais aussi  des populations déplacées du fait du conflit est d’une urgence capitale pour sauver des vies humaines et animales.

La CMA réaffirme et respect ses engagements politiques pris avec la communauté internationale dans le cadre de la facilitation et à la contribution sécuritaire pour la libre circulation des organisations humanitaires souhaitant accéder aux populations partout dans l’Azawad.

Lire la suite...

l'armée malienne à procédé à l'exécution sommaire et publique de neuf (9) personnes dans la ville de Tinahima.

Coordination des Mouvements de l'Azawad - CMA - 

Communiqué  N° 17-05/ CMA/2015

La coordination de mouvements de l'Azawad informe que dans la matinée du Jeudi 21 Mai 2015 l'armée malienne à procédé à l'exécution sommaire et publique de neuf ( 9  ) personnes dans la ville de Tinahima.

 Les neuf ( 9 ) personnes ont d'abord été arrêtées par la milice GATIA puis remises  aux soldats maliens présents qui les ont ensuite exécutées.

L'exécution publique à été perpétrée au marché à bétail  de la ville et jusqu'à 15 heures en temps universel, les corps sont encore exposés sur la place publique.

Les personnes exécutées sont :

1-    Mossa Ag Mohamedoune enseignant  à la Médersa de Tin Ahima 35 ans;

2-    Ahmad Mohamed Ag Mohamed, éleveur 55 ans, 

3-    Ismaghil Ag Ibrahim 40 ans, éleveur;

4-    Ousmane Ag Taglift ,

5-    Mohamed Ag Mohamed Ibrahim 30 ans, enseignant ,

6-    Zeid Ag Ibrahim 13 ans, élève ;

7-    Almahmoud  Ag Ahmad; commerçant

8-    Ould Ahmad 

9- Almahmoud Ag Ékantal; agent du Programme Alimentaire mondial PAM.  En plus de ces personnes exécutées publiquement, plusieurs autres sont portées disparues.  

La Coordination ses Mouvements de l'Azawad condamne avec fermeté cette exécution sommaire qui viole  tous les droits humains et confirme la stratégie élaborée par Bamako pour commettre un génocide sur les populations de l'Azawad. 

La CMA exige des explications de la  MINUSMA qui prétexte protéger les populations civiles à Menaka en empêchant à  nos troupes de livrer les combats nécessaires pour déloger les hordes de milices et de terroristes qui occupent Menaka depuis le 27 Avril 2015 en violation flagrante du cessez le feu signé le 23 Mai 2014.

La CMA exige que toute la lumière soit établie sur ces atrocités et se pose la question suivante: Le caractère "civil" des populations aurait - il un sens différent selon qu'on soit à Menaka ou à Tin Ahima? 

La Coordination de Mouvements de l'Azawad s'incline  devant la mémoire des victimes, présente les condoléances à leurs familles et informe que ces crimes ne pourront aucunement demeurer impunis.

Lire la suite...

La CMA répond à l’appel du président malien Ibrahim Boubacar Keita par une main tendue et l’invite à des discussions franches et sincère après le paraphe.

Coordination des Mouvements de l’Azawad

Communiqué  N° 16-05/ CMA/2015

La Coordination des Mouvements de l’Azawad qui a suivie avec intérêt les derniers développements du processus, prend acte du déroulement de la cérémonie de la signature  à Bamako de l’accord dit «  accord pour la paix et la réconciliation  au mali » entre la partie gouvernementale et les milices communautaires qui lui sont favorables, et rappelle que cette signature ne saurait l’engager avant  l’aboutissement des discussions prévues après son paraphe.

La CMA souscrit favorablement aux appels du secrétaire général de l’ONU à travers la déclaration sur le Mali attribuable à son porte parole en date du 15 Mai 2015, du sous secrétaire General des Nations Unies chargé des opérations de maintien de la paix, du  représentant spécial de l’Union Européenne pour le sahel, du représentant spécial de l’Organisation de la Coopération Islamique, et à tous les appels invitant à la poursuite des discussions.

 La CMA réaffirme sa disponibilité à respecter les closes de :

-      - le Cessez le feu du 23 Mai 2014

-    - La déclaration de cessation des hostilités du 24 Juillet 2014 réaffirmée le 19 Février 2015

De même qu’elle accueil favorablement l’appel du président malien Ibrahim Boubacar Keita et lui répond par une main tendue l’invitant à des discussions franches et sincère après le paraphe.

La CMA a remarqué avec étonnement l’apposition de nouvelles signatures d’individus ou de groupes qui n’ont jamais été ni habilités encore moins reconnus dans le processus et interpelle la médiation pour qu’elle veille à cette étape particulièrement décisive du processus à ce que de tels agissements ne torpillent les efforts de la communauté internationale et n’empiètent sur son cours normal.

Fideles à tous nos engagements antérieurs, nous réaffirmons notre disponibilité pleine et entière à poursuivre le processus par la voie du dialogue et de la négociation, seule issue pour une solution véritable, juste et équitable au conflit.

Face à la dégradation de la situation sécuritaire sur le terrain et particulièrement à Menaka, la CMA appelle la MINUSMA à assumer toute ses responsabilités en prenant ses distances à l’égard des milices communautaires pro-gouvernementales  en mettant immédiatement un terme à sa cohabitation avec elles dans la ville.

La MINUSMA est invitée à tout mettre en œuvre pour éviter d’éventuels incidents qui pourraient naitre de cette situation.

Lire la suite...

la CMA informe qu'aucun de ses membres n'est présent à la cérémonie de signature à Bamako

Coordination des Mouvements de l'Azawad

Communiqué de Presse N°15-05/CMA/2015

La Coordination des Mouvements de l'Azawad informe l'opinion publique de l'Azawad et l'opinion internationale qu'elle n'est nullement concernée par la signature unilatérale ce Vendredi 15 Mai 2015 à Bamako de  l'accord d'Alger.

Fidèle à  ses principes et à l'orientation politique de ses instances décisionnelles, la CMA  informe qu'aucun de ses membres  n'est présent à cette cérémonie de signature qui ne l'engage aucunement.

Nous demandons à la médiation internationale de faire preuve de toute la vigilance nécessaire pour éviter toute confusion autour de cette signature.

Nous rappelons que l'acte politique, signe de bonne volonté, que nous avons posé le 14 Mai  2015 à Alger en paraphant le document dit " accord pour la paix et la réconciliation au Mali" demeure juridiquement distinct de sa signature.

La CMA n'envisage aucune signature avant l'aboutissement des discussions prévues après le paraphe, pour la prise en compte de ses préoccupations, auxquelles s'est officiellement engagé le gouvernement du Mali et la médiation internationale.

Lire la suite...

MNLA sur Twitter

MNLA sur Facebook