la CMA exige le retrait immédiat et sans conditions des milices pro gouvernementales de la ville de Ménaka

Coordination des Mouvements de l'Azawad(CMA).

COMMUNIQUE N°9-05-2015/CMA

La Coordination des Mouvements de l'Azawad(CMA) souscrit totalement aux appels du secrétaire Général des Nations Unies, du Représentant Spécial du SG de l'ONU, de la médiation, de l'UE et des USA demandant l'arrêt des hostilités engagées depuis le 27 avril 2015 par le gouvernement malien contre nos positions et apprécie les efforts de la communauté internationale dans la perspective d'un retour au calme et à une ''situation normale''.

En dépit de notre attachement à la paix et du respect continu de tous nos engagements, la CMA rappelle qu'elle a usé de son droit légitime de défense face à l'agression du gouvernement malien, qui n'en est pas à sa première violation de cessez-le-feu.

Tout en réaffirmant notre disponibilité à contribuer au calme et à un climat favorable à la poursuite des discussions et du dialogue de bonne foi, la CMA exige le retrait intégral, immédiat et sans conditions des milices pro gouvernementales de la ville de Ménaka en application des clauses pertinentes de la déclaration d'Alger ainsi que de l'accord de cessez le feu conclu le 23 mai 2014 à Kidal sous les auspices du Président Mauritanie, président en exercice de l'UA.

Nous urgeons, la Communauté internationale à enclencher les mécanismes annoncés dans sa déclaration du 6 février 2015 contre les parties violant les engagements nés des accords de cessez le feu.

La Coordination des Mouvements de l'Azawad(CMA) exhorte le Etats membres de la médiation et les Etats amis du gouvernement malien à user de toute leur influence pour ramener le Gouvernement du Mali à la raison et s'investir de bonne foi dans la recherche de la paix aux cotés de la coordination des mouvements de l'Azawad et de la Communauté internationale.

Lire la suite...

CMA: Communiqué n°8-04-2015/CMA

COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L’AZAWAD (CMA)

Communiqué n°8-04-2015/CMA

La Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA), informe l’opinion nationale et internationale, que suite à la flagrante violation du cessez le feu par la partie malienne et ses milices à Ménaka, et conformément à l’esprit de son communiqué N°7 en date du 27/04/2015, elle s’est engagée à opposer une riposte légitime afin de sécuriser les populations civiles de l'Azawad.

 C’est dans cette optique qu’est intervenu l’accrochage de Léré le 29 avril 2015 entre nos forces armées et les forces hostiles à la paix et au cessez le feu. Nous rappelons que cet acte de légitime défense n'a nullement pour but de reconquérir de nouvelles positions territoriales, c’est la raison pour laquelle nos forces ont immédiatement quitté Léré à la fin des affrontements. Ceux-ci s’étant soldés cote ennemi par une douzaine de prisonniers et plusieurs morts, la reprise totale des positions de la localité et la récupération d'un important matériel militaire et des véhicules.

 Notre riposte aux agressions et aux attaques des forces hostiles à la paix est un message à l’endroit du gouvernement du Mali que nous tenons comme seul responsable des agissements de ses milices qui combattent avec les moyens de l'Etat, se soignent dans ses structures de santé et bénéficient de ses renforts militaires.

 Pour l’instant, malgré les provocations et les actes d’hostilité manifestes, notre position reste inchangée. Nous demeurons attachés à une solution globale et définitive au conflit qui oppose l’Azawad au Gouvernement du Mali par la voie du dialogue et de la négociation.

Lire la suite...

CMA: Communiqué N°7-CMA-4-2015

Coordination des Mouvements de l’Azawad

Communiqué N°7-CMA-4-2015

La Coordination des Mouvements de l’Azawad – CMA – tient à rappeler que depuis le 18 juin 2013 suite à l’accord préliminaire de Ouagadougou signé avec le gouvernement malien sous le témoignage de la communauté internationale (Burkina faso, CEDEAO, UA, UE, OCI, France…) elle a régulièrement rempli ses obligations et respecté toutes les clauses à sa charge dans le seul espoir de voir la sécurité et la paix réalisées dans l’Azawad, au Mali et dans la sous-région.

 Elle a souscrit favorablement et positivement à la demande de la médiation internationale pour engager les pourparlers de paix. Elle a constamment maintenu un niveau appréciable de coopération avec la Minusma, Serval et Barkane, les organisations humanitaires sur le terrain, les différentes missions internationales qui ont bien voulues la rencontrer.

 Elle a spontanément accepté la demande de cessez le feu présenté par Son Excellence Mohamed Ould Abdoul Aziz, Président de la République Islamique de Mauritanie, alors Président en exercice de l’UA, le 23 mai 2014 suite à une agression massive et flagrante de l’armée malienne à Kidal le 21 mai.

La CMA a fait preuve d’un sens élevé de responsabilité en ne répondant pas à l’agression délibérée de la Minusma qui avait chargé une de ses unités sans la moindre sommation entrainant des pertes humaines et des dégâts énormes dans ses rangs.

 La CMA s’est abstenue de répondre à toutes les agressions et provocations de l’armée malienne et de ses milices contre plusieurs de ses positions (Intililt, Ber, Anéfis, Ménaka, Djebock…).

Tout au long du processus de négociation, la CMA a toujours contribué à l’avancement des travaux y compris par d’énormes sacrifices portant sur ses principales revendications.

 La CMA rappelle qu’elle n’a jamais cessé de proclamer son attachement au processus de négociations. A plusieurs reprises, elle a formulé des demandes essentielles et réaffirmer que sans leur prise en compte, l’accord ne saurait incontestablement produire les effets de paix escomptés.

 Ni les Nations Unies, ni la médiation internationale, ni la France, ni les Etats Unis qui mettent sous pression permanente la CMA afin de parapher l’accord du 1er mars n’ont jamais publiquement condamné les violations répétitives et flagrantes de tous les accords de Cessez le feu par le gouvernement malien ainsi que le respect de ses autres obligations, en particulier, en matière de respect des droits de l’homme. Au contraire, le gouvernement malien a poursuivi sa politique d’encouragement et de soutien aux milices pour créer le chaos et brouiller les cartes tout en continuant à arrêter, torturer et exécuter des citoyens azawadiens sous de fallacieux prétextes de terrorisme.

 L’agression flagrante de Ménaka par une coalition des milices pro-gouvernementales hier 27 Avril 2014 représente une énième violation du cessez le feu par le gouvernement malien.

 La CMA, ayant donné toutes les preuves de son respect entier au processus de négociations et après avoir épuisé tous les recours afin de faire entendre raison au gouvernement malien informe qu’il ne lui reste plus d’autres choix que celui d’user de son droit à l’exercice de la légitime défense pour protéger les populations civiles, ses hommes et ses positions.

Lire la suite...

Rupture manifeste du cessez le feu par le gouvernement Malien

La Coordination des Mouvements de l’Azawad porte à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale que tôt dans la matinée du 27 avril, la ville de Ménaka a été attaquée par des éléments de l’armée malienne et de ses milices, occasionnant des combats et des souffrances supplémentaires pour les populations de Ménaka.

Depuis le début du processus de négociations, les violations du cessez le feu par le gouvernement malien sont flagrantes et récurrentes sans que cela ne soit dénoncé ou suffisamment souligner par la communauté internationale et la Minusma, pourtant, si prompt à faire pression tous azimuts sur la CMA pour parapher l’accord d’Alger du 1er mars dernier. La gravité de l’agression est d’autant plus inacceptable qu’elle intervient au lendemain d’un engagement définitif de la CMA à parapher l’accord dans les plus brefs délais, transmis au chef de la Minusma et représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU

En lançant cette attaque, le gouvernement malien se rend responsable d’une grave violation des accords de cessez-le-feu du 23 mai 2014 signé à Kidal, ainsi que la déclaration de cessation des hostilités du 24 juillet 2014 d’Alger, réaffirmée le 19 février 2015.

Le gouvernement du Mali portera l’entière responsabilité des conséquences de telles attaques. La CMA ne peut se résoudre à subir indéfiniment les attaques et les agressions dictées par Bamako sans réagir. Cette position n’altère en rien l’attachement de la CMA à la recherche de la paix.

Lire la suite...

Un poste du MNLA a été attaqué par des éléments terroristes à Talabit

Des éléments terroristes à bord des véhicules 4×4 et engins à deux roues ont attaqué un poste de sécurité du MNLA à Talabit tôt le matin ce 21/04/2015, , dans la zone d'Adjelhoc  (70 km nord-ouest de kidal) .

Cette attaque a fait un mort, un blessé dans nos rang. Ces éléments d'AQMI ont procédé a des actes de pillage et torture parmi les habitants de dite localité avant de sortir à la suite d'une intervention d'un renfort dépêché par le Mouvement National de Libération de l'Azawad.

Le MNLA condamne ces actes terroristes et condamne le terrorisme sous toute forme. le MNLA Présente ses condoléances les plus attristées au famille et proche du victime, et souhaite un prompt rétablissement au blessé.

Le MNLA rappelle que ses actes terroristes ne nous dévieront jamais de notre objectif qui est la liberté et la protection du peuple de l'Azawad.

Kidal, 21 Avril 2015                                   

Lire la suite...

MNLA sur Twitter

MNLA sur Facebook